Ce qu’on dit de la trousse Kanata : je suis ici :

« Votre projet [est] vraiment porteur de sens.  C’est un outil qui nous permet d’aider les élèves à développer le sentiment d’appartenance à la communauté francophone et à valoriser la diversité culturelle de notre pays. »
Corrine Simiganoschi, enseignante, et Lianne Lefebvre, responsable des programmes alternatifs (Ontario)

« Ça me semble un super beau projet. Quand mes garçons étaient petits ils pensaient que j'étais la seule personne au monde qui parlait français. Cet outil aurait été utile pour nous.»
Andrée Gilbert, mère de Jonathan Toews, capitaine des Blackhawks de Chicago (Manitoba)

« Cet outil me permet d’aider tous mes élèves en lecture, peu importe leur niveau de compétences linguistiques. Les photos, la présentation dynamique, les thèmes abordés accrochent les garçons de mon groupe. De plus, la trousse est l’outil par excellence pour élargir les horizons culturels, ethniques et géographiques de mes élèves d’une façon accessible et authentique. »
Raynald Dupuis, enseignant (Manitoba)

« Ça tombe tellement à point. L'année prochaine, on veut mettre l'accent sur l'écrit. Mais pour maîtriser l'écrit, il faut d’abord maîtriser l’oral. »
Yvonne Careen, directrice d’école (Territoires du Nord-Ouest)

« Il y a tant de stéréotypes à combattre. Il est important pour les petites communautés comme la nôtre d’avoir des ressources comme celles-ci.  »
Renelle Belisle, enseignante (Ontario)

« Grâce au projet, nous découvrons toute la richesse familiale de notre jeune élève d’origine mi’kmaq. La rencontre avec ses parents et ses grands-parents fut des plus enrichissantes et nous a permis d’établir des liens nouveaux. Quel cadeau !  »
Nathalie Thériault, enseignante (Nouveau-Brunswick)

 « Je crois que cet outil va provoquer des changements remarquables chez les élèves. Il les aidera à prendre conscience de leur identité tout en leur permettant d’en apprendre plus au sujet des autres. Je tiens aussi à reconnaître la générosité et l’ouverture de tous les participants qui ont pris le temps de communiquer leur expérience pour enrichir ce projet. »
Marlene Gallagher, conseillère pédagogique, Aboriginal Education Directorate, ministère de l’Éducation (Manitoba)

Les commentaires suivants ont été exprimés par un groupe d’enseignants de l’Ontario lors d’un atelier :

  • « Le fait de lire les textes de VRAIS enfants est très révélateur. »
  • « J’apprécie le degré de difficulté progressif des textes. »
  • « L’appui visuel et contextuel des photos accompagnées de sous-titres facilite le parcours des apprenants en lecture. »
  • « C’est un bon outil de francisation. »
  • « Je trouve que le contenu lié aux programmes d’études sociales est très utile. »
  • « Il y a beaucoup de contenu intéressant pour les garçons. »
  • « Le diaporama (le photorécit) présenté sur le site Web nous permet d’écouter le jeune parler de son milieu et d’entendre la langue d’origine de sa famille. Ça ouvre des portes pour inciter les jeunes à apprécier le français tout en découvrant d’autres langues. »
  • « J’apprécie le fait qu’on se concentre sur autre chose que l’enseignement de la lecture et de l’écriture. Le grand besoin, c’est l’oral. Il faut créer des contenus destinés aux enfants qui touchent à des sujets comme les études sociales et la construction identitaire. »
  • « Nos élèves seront plus en mesure d’apprécier la diversité culturelle dans leur cercle d’amis, leur famille et partout au Canada. »