Description de la trousse Kanata : je suis ici

Canada vient de Kanata, qui veut dire « grand village » en langue huronne.

Kanata : je suis ici, c’est apprendre à me connaître, à m’apprécier, à me raconter en français et à me rapprocher des peuples de mon monde – une personne à la fois, une histoire à la fois.

Regardons nos écoles : la transformation de nos sociétés s’accélère, et le portrait démographique de nos communautés change. Comment se situer face aux besoins qui évoluent ? Comment intégrer la diversité de façon pertinente, intéressante et sécurisante pour nos élèves et pour nous-mêmes ?

La réalité actuelle nous invite à nous ouvrir à des possibilités nouvelles : celles de bâtir une francophonie accueillante, vibrante, qui nous ressemble et qui nous rassemble.

La trousse Kanata : je suis ici vous invite à voir, à entendre et à lire des jeunes de 7 à 14 ans et leur famille en provenance de toutes les régions du Canada. Ils sont de souche autochtone, acadienne, québécoise, belge, maghrébine, africaine... Chacun de ces jeunes nous communique sa passion pour une activité pratiquée dans sa famille.

Sa mini-revue authentique est complétée par :

  • le commentaire d’un parent ou d’un aîné ;
  • un texte informatif sur l’activité abordée.

La trousse Kanata : je suis ici veut assister les élèves dans le développement de leurs compétences langagières – des atouts essentiels à leur confiance et à leur estime de soi en tant que francophones. À la base, un élève qui s’estime capable et compétent est plus apte à cultiver son ouverture à l’autre et à apprécier une variété de cultures.

Dans cette optique, les quatre grandes visées de cette trousse sont :

  • la construction identitaire ;
  • la francisation ;
  • le développement de la communication orale ;
  • la valorisation de la diversité culturelle des écoles francophones du Canada.

La diversité culturelle
La trousse Kanata : je suis ici réunit des écrits, des images et des voix provenant de toutes les provinces et de tous les territoires du Canada. En plus des 20 jeunes qui nous parlent en français, on y entend 11 autres langues et dialectes. Parmi les 20 profils présentés se trouvent des jeunes d’origine autochtone, qu’ils soient issus des Premières Nations, Métis ou Inuits ainsi que des jeunes de familles immigrantes. Grâce à la trousse Kanata, les élèves pourront apprécier la diversité culturelle de la société canadienne et ses richesses.

La mini-revue au cœur de la trousse
Les 20 profils de jeunes et les activités qu’ils nous présentent sont au cœur de Kanata : je suis ici. Dans chacune des mini-revues :

  • on présente le jeune et le vocabulaire de base au moyen d’une histoire en photos ;
  • le jeune nous parle d’une activité de sa famille qui le passionne ;
  • un adulte de sa famille fait des liens entre le présent, le passé et l’avenir;
  • un texte informatif plus dense nous fournit d’autres renseignements pertinents sur cette activité.

Le site Kanata : je suis ici
Dans la trousse Kanata : je suis ici, la mini-revue est offerte en format papier. Sur le site Web on retrouve un aperçu de la mini-revue et une histoire en photos du jeune auteur.

Cette histoire en photos comprend une vingtaine de photos commentées par le jeune, qui est souvent accompagné d’un adulte parlant la langue traditionnelle de sa famille. La trame narrative est accompagnée de sous-titres.

Différents niveaux de lecture Chaque mini-revue propose des textes dont le degré de complexité augmente ; ainsi, on offre à l’élève le soutien qui lui permettra d’améliorer progressivement ses compétences langagières.  La trousse permet à l’enseignante ou à l’enseignant d’initier tous les élèves de sa classe à un même contenu en tenant compte de leurs compétences langagières respectives.  

Un langage spécialisé
On retrouve dans les mini-revues divers types d’écrits :

  • narratifs ;
  • informatifs ;
  • ludiques ;
  • poétiques.

Chaque mini-revue présente à sa façon un langage spécialisé, car elle traite d’un sujet qui passionne son jeune auteur et sa famille, mais qui peut s’avérer complètement nouveau pour le lecteur. Des textes narratifs et informatifs vulgarisent les termes spécialisés pour aider l’élève à se familiariser avec de nouveaux sujets.

Les Compagnons : des mini-guides d’enseignement
Chaque mini-revue possède son Compagnon. Celui-ci comprend 12 pages de pistes à explorer pour :

  • parfaire sa lecture (Lisons !) ;
  • construire son identité et apprécier la diversité culturelle (Discutons !) ;
  • améliorer ses aptitudes langagières (Jouons !).

Kanata : je suis ici se veut une ressource polyvalente. Les activités présentées ne sont que des pistes à partir desquelles l’enseignante ou l’enseignant peut établir un plan d’apprentissage approprié pour ses élèves :

  • activités de lecture adaptées aux différents niveaux de compétences langagières ;
  • jeux visant à améliorer le français oral ;
  • textes informatifs qui vulgarisent un langage spécialisé lié aux programmes d’études sociales ou de français.

Tous les jeux utiles au perfectionnement oral présentés dans les Compagnons sont assortis de feuillets reproductibles ou de cartes de jeux en couleur que l’enseignante ou l’enseignant peut imprimer et faire laminer pour organiser des activités interactives avec ses élèves.

Des jeux pour tableau blanc interactif (TBI) sont axés sur le développement du langage oral. Ces jeux peuvent se jouer en grand groupe ou en petits groupes. L’enseignante ou l’enseignant trouvera sur le site toutes les directives relatives aux jeux TBI.

L’oral réflexif et l’oral comme objet d’enseignement
Les sections Lisons ! et Discutons ! des Compagnons proposent des activités qui relèvent de l’oral réflexif. On utilise la langue pour :

  • exprimer sa pensée ;
  • acquérir des connaissances.

Mais pour exprimer sa pensée, il faut savoir communiquer de façon efficace. Bon nombre d’élèves ne bénéficient plus de modèles linguistiques francophones dans leur milieu. La langue orale doit donc être enseignée à l’école tout comme la langue écrite. La section Jouons ! propose des jeux qui présentent la langue orale comme objet d’enseignement. On y apprend à choisir les bons mots et à construire des énoncés clairs. Chaque jeu de communication orale présente :

  • une ou deux fonctions de la langue ;
  • une ou deux notions grammaticales.

Le Compagnon fournit à l’enseignante ou à l’enseignant des pistes d’animation claires, concises et dynamiques pour chaque jeu.

Créer des situations de communication authentiques
Kanata : je suis ici permet de structurer des activités de communication orale ayant trait à des sujets pertinents et intéressants pour les élèves. Les activités permettent aux apprenants de se sentir en sécurité grâce à :

  • leur accessibilité ;
  • leur aspect ludique ;
  • leurs composantes physiques. 

Quand on interagit avec d’autres dans une ambiance personnalisée et dynamique, on vit une situation de communication authentique. Cela favorise le développement cognitif de l’apprenant à plusieurs points de vue. L’élève intègre de nouvelles notions grammaticales, fonctions de la langue et connaissances liées au thème présenté. 

Deux exemples d’utilisateurs de Kanata : je suis ici
Élyse (enseignante)
Les élèves d’Élyse ont des compétences langagières très variées. Les activités de Jouons ! et les jeux TBI les aident donc à maîtriser les fonctions de la langue. Ainsi, ils sont mieux outillés pour prendre la parole avec confiance lors des activités de Lisons ! et de Discutons !. En guise de « dessert », Élyse présente la mini-revue à ses élèves, qui s’en régalent.

Robert (enseignant)
Robert a un groupe plus homogène sur le plan des habiletés linguistiques. Il choisit des mini-revues dont les sujets correspondent à ce que les élèves étudient en études sociales et en français. Il les prépare en faisant quelques activités de Lisons !, puis il anime quelques activités de Discutons !.

Le pouvoir de l’histoire
Dans cette trousse composée de récits authentiques, nous soulignons le pouvoir de l’histoire comme outil de transformation.

« Dans toute culture ou société, nous privilégions certaines histoires. Notre société est structurée et maintenue selon les histoires qu’on privilégie. Quand je raconte une histoire, je crée un monde. Si l’on veut changer le monde, on doit changer l’histoire. » [traduction libre]   Thomas King, The Truth About Stories: A Native Narrative  

S’inspirer de nos modèles francophones
Deux mini-revues hors-série laissent la parole à des héros de chez nous :

  • Véronic DiCaire, chanteuse et comédienne ;
  • Jonathan Toews, capitaine de l’équipe de hockey les Blackhawks de Chicago et frère David Toews, hockeyeur de la même équipe.

Ces deux mini-revues parlent des goûts, des intérêts et des motivations de ces héros lorsqu’ils étaient élèves à l’école francophone. Un Compagnon axé sur la construction identitaire accompagne ces deux numéros spéciaux. 

Créer sa propre histoire
Pour laisser la parole aux élèves, un logiciel spécialement conçu pour Kanata : je suis ici leur permet de créer leur propre webzine. Petit à petit, les élèves peuvent :

  • construire leur histoire en photos ;
  • y transcrire leur témoignage ;
  • interviewer un membre de leur famille ou de leur communauté ;
  • rédiger un texte informatif au sujet d’une activité qui les passionne.

Tout ce contenu personnalisé peut être inséré dans une mise en page préparée par des graphistes professionnels.

Le but ultime de la trousse Kanata : je suis ici
Que la jeunesse de nos écoles puisse s’afficher fièrement en français et dire au Canada : « Je suis ici ! ».